top of page
Rechercher

Canaliser ses envies dans le changement

Changer de job, s’orienter vers un quotidien plus motivant, plus valorisant peut être à la fois un gouffre d’incertitudes et de peurs à combler mais aussi une montagne d’envies débordantes à maîtriser.

Ce deuxième aspect du changement est vécu comme stimulant et enthousiasmant. Et pourtant, comme l’autre, il empêche souvent d’avancer….

Dans ce flot d’idées qui nous montent à la tête, il est plaisant d’imaginer tous les possibles ouverts, tout ce qu’on rêvait de faire et que l’on pourrait enfin atteindre, tout ce qui nous gênait dans ce qu’on faisait et qu’on pourrait enfin effacer.


J’ai remarqué aussi bien en tant que coach professionnelle que lors de mes propres changements, que beaucoup d’entre nous avons tendance dans ce cas, à énoncer des envies très diverses, chacune apportant un pan de ce que nous recherchons … mais aucune ne pourrait nourrir tout ce que nous recherchons. J’irai même plus loin : nous regardons ces envies sous leur angle positif et notamment par rapport à ce qui nous manque dans la situation actuelle… mais dès qu’il s’agit de peser le pour et le contre de chaque situation, ou considérer tout ce qu’on laisse de côté, c’est de nouveau la peur du changement qui envahit.


Freud écrivait dans ses Cinq Psychanalyses : « L’homme qui réussit, c’est celui qui parvient à transformer en réalité les fantaisies du désir. »


Il est formidable voire essentiel dans un processus de changement, d’avoir éveillé en soi plein de désirs. Mais toute la difficulté ensuite revient à faire le tri entre ce qui est de l’ordre de l’envie, du caprice, de l’aspiration, du rêve, etc.

Car pour changer, il s’agit d’avoir identifié « la bonne envie », celle qui est en phase avec nos valeurs, nos aspirations et qui, par sa réalisation, donne du sens à notre vie, renforce notre identité.


Dans son livre « Réveillez vos désirs, vos envies et vos rêves à votre portée », le psychiatre Michel Lejoyeux écrit « En psychologie, renoncer à cet idéal inatteignable revient à sortir d’une pensée en forme de tout ou rien. Les envies impossibles sont le meilleur moyen de ne rien réussir et de laisser sa vie stagner. » Il s’agit pour lui de transformer ses envies de vie impossibles en « bonne envie ».

Et qu’est-ce qu’une bonne envie selon lui ? C’est une envie qui porte sur une action précise (je vais fais ça pour la réaliser), qui est adaptée à notre réalité (actuellement ma situation me permet de le faire) et qui est réalisable (je possède toutes les compétences et les capacités nécessaires pour le faire).

Voilà peut-être des première pistes de réflexion pour apprendre à nuancer et canaliser vos envies ! #changerdejob#changerdetudes#orientation#orientationprofessionnelle#envies#canalisersesenvies#coaching#changementdevie

8 vues0 commentaire

Yorumlar


bottom of page